Greg Farshtey (Bionifigs)

Entretien avec Greg Farshtey, auteur des romans BIONICLE

Greg Farshtey, l’auteur principal de BIONICLE tout au long des années 2000, a répondu aux questions de Bionifigs.fr pour les 20 ans de la franchise.

Si Greg Farshtey n’est pas le créateur de BIONICLE, il est devenu le pape de la saga du Grand esprit Mata Nui en ce qui concerne l’histoire et le lore. Auteur prolifique, il a écrit 25 romans courts, plus de 15 feuilletons-nouvelles, publié 7 guides sur l’univers, 2 encyclopédies ainsi que scénarisé 50 comics BIONICLE édités par DC pendant une décennie. Pour la toute première fois pour un media francophone, l’écrivain de 55 ans répond à nos questions à l’occasion du vingtième anniversaire de la franchise, lancée en décembre 2000 en Europe et en Australie.

Son regard sur la saga aujourd’hui, l’avenir de celle-ci, la communauté des fans… Nous l’avons interrogé sur l’actualité du moment. Contraintes techniques obligent et contrairement à notre précédent entretien, celui-ci n’a pas été réalisé au format vidéo. Mais Greg Farshtey a tenu à adresser un petit mot à la communauté française des fans de BIONICLE.


BIONIFIGS.fr — Bonjour Greg ! Bionicle a 20 ans et vous fêtez également votre vingtième année chez LEGO. Comment va Greg Farshtey ? Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs et sur quoi travaillez-vous en ce moment ?

Greg Farshtey — Salut. Eh bien, j’ai publié plus de cent livres dans ma carrière, dont onze ont été classés dans la Liste des best-sellers du New York Times. Je suis probablement connu davantage pour les comics et romans BIONICLE, ainsi que les romans graphiques Ninjago. Actuellement, je travaille uniquement sur des projets personnels, je n’ai pas réalisé de travail en freelance pour LEGO depuis plusieurs années.

BFIG — Comment présenteriez-vous BIONICLE à un néophyte ? Quelles raisons lui donneriez-vous pour l’inciter à découvrir la saga ?

Greg — C’est une question difficile. Est-ce qu’on leur donne le concept d’origine, est-ce que l’on rentre plus dans les détails ? Sans savoir par quel bout ils vont aborder cet univers, il serait difficile de savoir quoi dire sans trop en révéler. Ensuite, évidemment, il y a les personnes qui sont plus intéressées par les figurines que par l’histoire, et inversement. Mais je dirai que BIONICLE est une histoire avec des héros biomécaniques qui combattent le mal, plongés au beau milieu d’une intrigue bouleversante dont ils ignorent tout.

BFIG — Les romans BIONICLE représentent une œuvre cohérente de près de 800 000 mots si on inclut les séries en ligne (probablement 1 million de mots en français), soit l’équivalent de la Bible et plus que Le Seigneur des Anneaux. Ça ne mériterait pas une édition intégrale ?  

Greg — Oui, mais je ne pense pas que ça arrivera. BIONICLE est une ligne de jouets à l’arrêt, il n’y a donc aucun intérêt pour Scholastic [l’éditeur détenant les droits sur la franchise] de faire quoi que ce soit avec ces livres. Chose intéressante, les livres BIONICLE ne se vendaient pas très bien lors des opérations de type « 1 acheté, 1 offert », parce que les fans les avaient acheté dès leur sortie. Ils n’avaient donc pas besoin de rattraper ceux qu’ils avaient manqué. En vérité, Scholastic a même essayé une édition intégrale pour une ou deux séries de romans, au format relié avec couverture rigide. Là-aussi, cela ne s’est pas bien vendu car les lecteurs avaient déjà acheté les livres au moment de leur sortie. En dehors de satisfaire mon ego, je n’en tirerais rien et comme je l’ai dit, ça n’arrivera probablement pas. 

BFIG — Même question pour les comics dont vous êtes le scénariste sur l’ensemble de l’œuvre éditée pendant 10 ans par DC, qui doit représenter plus de 900 pages. À quand un Omnibus BIONICLE ?  

Greg — C’est un peu la même réponse. Il n’y a aucune licence de diffusion qui soit active pour BIONICLE car la ligne de jouet a été arrêtée. Sans le support marketing qui va avec le fait d’avoir les figurines à collectionner dans les rayons, il n’y a aucune raison pour un éditeur de s’intéresser à faire ça. Si BIONICLE devait faire son retour, ce serait fait de sorte que les fans n’aient pas besoin de connaître l’histoire écrite il y a plus de dix ans (de la même manière que l’on pourrait facilement commencer l’histoire sur Bara Magna sans jamais aborder ce qu’il s’est passé auparavant). Mais en réalité, ce genre de chose n’arrive que lorsqu’il y a un film ou une série télévisée qui sort. Même Harry Potter n’a bénéficié d’un élan en termes de marketing que lors de la sortie du film Les Animaux Fantastiques. Si cela ne dépendait que de moi, j’aimerais voir un écrivain de science fiction connu (donc autre que moi) s’attaquer à BIONICLE dans une série destinée aux adultes. 

BFIG — Y a-t-il un dessinateur avec lequel vous avez collaboré sur les comics BIONICLE dont vous affectionnez particulièrement le style ? D’autres artistes que vous auriez aimé voir travailler sur la franchise ?

Greg — Non, pas vraiment. Ils étaient tous talentueux chacun à leur manière (et des personnes formidables). Je ne suis pas quelqu’un de très visuel, je pense avec des mots, alors toute la partie artistique des choses était vraiment du ressort d’autres personnes. Comme beaucoup de lecteurs de comics, je remarque plus rapidement les dessins ratés qui dénotent d’un livre que les bons.

BFIG — Vous avez écrit beaucoup de séries web de 2007 à 2010 en parallèle des romans, qui ont incroyablement développé le lore. Comment verriez-vous l’enchevêtrement des séries par rapport aux romans, pour un lecteur qui découvrirait l’univers BIONICLE ?

Greg — C’était il y a un bon moment donc je ne me souviens plus précisément de ce qui va où. Je suis sûr qu’un cerveau plus avisé que le mien serait plus à même d’établir une chronologie de tout cela (et l’a probablement déjà fait). C’est désormais hors de mes compétences.

BFIG — Seule la moitié de ces romans a été traduite en français par Hélène Pilotto et publiée au Canada, dont 4 seulement en France. Si un projet de traduction des tomes jamais traduits en français intéressait un éditeur aujourd’hui, aurait-il votre soutien ?

Greg — Cela ne dépendrait pas de moi et ne nécessiterait pas mon accord. Les droits sur les romans sont détenus par Scholastic, donc si quelque chose devait être fait, il faudrait leur permission. Et encore une fois, si la gamme de jouets n’est pas active, il n’y a aucune raison que cela arrive. Sans vouloir passer pour un disque rayé, c’est ainsi que ça marche. L’histoire existait pour vendre les figurines, donc s’il n’y a plus de figurines, cela s’arrête là.

BFIG — Avez-vous vu passer la proposition LEGO Ideas de Sokoda qui a suscité 10 000 soutiens en un temps record, représentant trois scènes iconiques de la G1 pour les 20 ans de BIONICLE ? Quelles autres scènes verriez-vous être l’objet d’un tel diorama ? 

Greg — Je l’ai vu en effet et je l’ai vraiment adoré. Je ne saurais pas vous répondre, il y a tellement de scènes cultes et emblématiques dans BIONICLE. Je ne voudrais pas être la personne chargée de faire la sélection. Mais s’il devait n’y en avoir qu’une, c’est la mort de Matoro qui me vient à l’esprit.

BFIG — Cette proposition d’un ensemble hommage pour les 20 ans de BIONICLE ne semble pas avoir été retenue par LEGO. Savez-vous si un projet est prévu par le groupe, et qu’aimeriez-vous voir à cette occasion ? 

Greg — S’il y a des plans officiels sur BIONICLE, je n’en ai pas connaissance. Habituellement, si nous faisons des opérations anniversaires, c’est pour celui de l’entreprise elle-même et du système de construction en même temps, ou pour une gamme indémodable comme City. En général nous ne faisons rien pour les gammes à l’arrêt. Ça m’a d’ailleurs frappé ce matin de réaliser qu’aucun des enfants recevant le magazine LEGO Life aujourd’hui n’était encore nés lorsque BIONICLE s’est arrêté.

BFIG — Est-ce que LEGO tire des leçons de l’échec commercial de la G2, quant à l’avenir de BIONICLE ? N’aurait-il pas été plus pertinent de faire un soft reboot, connecté de manière très lointaine à la G1 et permettant autant de liberté ?

Greg — Je n’ai pas du tout été impliqué dans la G2, je ne peux donc rien dire dessus. Je n’étais pas dans l’équipe de scénaristes et je n’ai aucune idée de leur processus de décision pour le thème, je ne suis donc pas tout à fait certain de bien cerner la question. En tout cas, la stratégie marketing est au-dessus de mon niveau de rémunération. En tant qu’employé du groupe, mon opinion personnelle (même si j’en avais une) n’est pas quelque chose que je formulerais, puisque tout ce que je fais en la matière, je le fais en tant que représentant de LEGO et cela serait considéré à ce titre.

BFIG — Vous avez dans une autre vie beaucoup écrit dans l’univers des jeux de rôle. Est-ce que cette manière de penser les histoires pour l’interaction avec le lecteur a contribué à votre façon de travailler pour BIONICLE ?

Greg — Oui, ça et des décennies de lecture de comics ont beaucoup joué dans ma sensibilisation à la manière de structurer une histoire d’aventure ou une fin à suspense. Un des aspects qui a rendu BIONICLE unique était que les lecteurs devaient patienter pour connaître le prochain chapitre. Même à l’époque, nous étions dans un monde où les histoires complètes étaient diffusées à la pelle. L’idée que l’on devait attendre un mois ou deux pour le prochain chapitre était novatrice, ce qui n’était pas le cas dans mon enfance.

BFIG — Quelles sont vos influences en termes de fiction et de littérature en général, et celles qui ont pu vous influencer sur BIONICLE ? Que lisez-vous et que regardez-vous en ce moment ?

Greg — Aujourd’hui je lis surtout de la littérature mystérieuse [aussi appelée fiction de détective ou romans mystères en français]. À l’époque où j’écrivais BIONICLE, je lisais principalement des comics et des ouvrages de non-fiction. Il est certain que des décennies de lecture de comics ont influencé ma manière d’écrire et les approches que j’ai adoptées à l’égard des personnages. Dès le début, j’avais le sentiment que les Toa devaient être différents et pas toujours en bons termes, à l’opposé d’un groupe plus homogène.

BFIG — Comment vous sentiez vous a l’approche de la grande révélation de l’apparence de Mata Nui et de la nature de l’Univers matoran au grand public en 2008, dont LEGO a gardé le secret pendant près d’une décennie ?

Greg — Pour être honnête, l’idée de cette révélation et de le réveiller en 2008 n’était pas de moi. C’est venu d’autres membres de l’équipe scénaristique et au début j’étais en désaccord total avec celle-ci. C’était l’argument classique : si vous résolvez le mystère central de l’histoire, est-ce que cela fait un super point de départ pour les nouveaux fans ou un super point d’orgue pour les fans actuels ? Au moment exact où nous approchions de la révélation publique, je savais déjà que la gamme serait arrêtée, cela avait alors déjà douché mon enthousiasme.

BFIG — De nouveaux concours de canonisation liés à la G1 ont été lancés en 2020 avec le site TTV. Comment LEGO est impliqué dans le processus et comment sont gérées ces canonisations autour d’une licence officiellement éteinte ?

Greg — À ma connaissance, le Groupe LEGO n’a rien à voir avec cela. C’est quelque chose que TTV m’a proposé et j’ai dit d’accord. Ils ont réalisé les premiers concours, m’ont envoyé la photo du gagnant et j’ai donné mon accord. Je n’en sais pas plus de leur part donc je ne sais pas comment cela se passe. Mais l’entreprise n’est en rien impliquée, c’est purement pour les fans.

BFIG — On ne peut donc pas réellement parler de contenu “canon” ? Cela reste du “fanon” que vous approuvez personnellement ?

Greg — En réalité, puisque l’entreprise ne fait rien avec BIONICLE, je pense que c’est considéré comme canon si je donne mon accord. Evidemment, cela pourrait changer si le Groupe LEGO revenait à exploiter commercialement BIONICLE, puisqu’il détient les droits et pas moi. Et d’autres souhaitent faire quelque chose avec la franchise, comme Christian [Christian Faber, co-créateur de BIONICLE], ces personnes là ne sont sans nul doute pas tenues de respecter ce que je dis. Mais pour le moment, je suis le seul référent à aborder le sujet, je suis donc celui qui se rapproche le plus de pouvoir canoniser les éléments en question.

BFIG — Avez-vous justement été sollicité par Christian Faber au sujet de son projet visant officiellement à faire revivre BIONICLE ? Projetez-vous de retravailler un jour sur BIONICLE ou en avez-vous l’envie ?

Greg — Non, je n’ai pas parlé avec Christian depuis que BIONICLE s’est arrêté. J’ai espéré pouvoir travailler sur la G2 mais ça ne s’est pas fait et je n’ai aucune raison d’espérer un quelconque projet BIONICLE dans l’avenir. Vous savez, j’aimerais voir revenir BIONICLE un jour pour les fans. En ce qui me concerne personnellement, je n’ai pas eu la chance de travailler sur la G2 et comme un de mes collègues me l’a dit « Tu l’as déjà fait une fois et tu as réussi. Tu n’as pas besoin de le refaire ». Donc, bien que cela soit très tentant de travailler dessus à nouveau, vivre dans le passé n’est peut-être pas le truc le plus sain lorsque l’on veut être créatif.

BFIG — Y a-t-il des choses que vous auriez faites différemment sur BIONICLE avec le recul ? Plus généralement, que représente BIONICLE pour vous et quelles sont vos attentes quant à son avenir ? 

Greg — Oui. J’aurais aimé trouver un moyen de rendre plus clair le fait que nous revenions 1000 ans dans le passé en 2004, car cela a crée beaucoup de confusion chez les fans. Je n’aurais également pas fait tourner Vakama du mauvais côté en 2005, ça n’avait aucun sens du point de vue du personnage. Personnellement, BIONICLE a été le travail le plus réussi sur lequel j’ai jamais travaillé, énormément gratifiant en termes de création et financièrement profitable. Peu de jours passent sans que cela me manque réellement.

BFIG — Vous avez des figurines BIONICLE ou des produits dérivés chez vous ?

Greg — J’ai toujours quelques figurines BIONICLE dans les parages, mais à l’époque où je travaillais sur la franchise, je vivais dans un endroit plus petit donc je n’avais pas la place pour exposer beaucoup de modèles. J’avais un peu de tout mais je n’ai jamais eu de série complète. Je sais que j’ai un Gadunka en bas. Je pense qu’il me reste également quelques canettes de Toa, mais cela fait des années que je ne les ai pas ressortis alors je ne me souviens plus desquels il s’agit.

BFIG — Nathan Furst, compositeur de la musique des trois premiers films qui a sorti il y a quelques temps des albums remastérisés, a évoqué il y a 2 ans un projet de ciné-concert BIONICLE. Que pensez-vous de cette idée et de ces films 15 ans après BIONICLE 3 ? 

Greg — Eh bien, comme vous le savez, le quatrième film BIONICLE est le seul film sur lequel j’ai travaillé. C’est la première fois que j’entends parler d’une projection cinéma de ce genre. Les films ont certainement amené beaucoup d’engouement pour la franchise, bien que parfois ils me rendaient la tâche plus ardue (par exemple, devoir écrire une histoire en dehors du film pendant la première moitié de l’année, puis ne pas dévoiler l’intrigue du film dans les comics, etc.).

BFIG — Vous avez en effet écrit l’histoire du film BIONICLE : La Légende Renaît sorti en 2009, qui relate comme les précédents le récit d’un seul roman court sur la trentaine publiée de 2001 à 2010. Quel autre livre auriez-vous aimé voir adaptés en film ? 

Greg — Mon roman favori est Time Trap [Le Masque du Temps en version française], bien que je ne sache pas s’il aurait fait un bon film parce qu’à mon avis vous devez vraiment être au courant de l’histoire pour bien le comprendre. The Darkness Below [Sous la Surface des Ténèbres en français] aurait pu faire un bon film.

BFIG — Dans quelle mesure suivez-vous la communauté et les projets qui y existent (tels que BioMedia Project, le collectif Red Star Games, le jeu vidéo réalisé par des fans Quest for Mata Nui, le 810NICLE Day ou d’autres) ?

Greg — Je ne suis pas vraiment familier avec tous les projets que vous venez de citer. En dehors des visites occasionnelles sur TTV, je n’ai plus vraiment de contact avec la communauté de fans. Je reçois toujours des questions sur l’histoire, mais la plupart sont tellement détaillées que je ne peux pas y répondre après tant d’années. Je n’attends pas quelque chose en particulier, je suis simplement heureux de voir que ce genre d’initiative existe encore aujourd’hui.

BFIG — Pop Mhan nous a dit récemment qu’il adorerait prendre une bière avec vous. Vous acceptez l’invitation ? 

Greg — C’est vraiment très gentil de sa part, j’accepterai évidemment. La seule personne impliquée dans les comics avec laquelle je fus en contact pendant des années était Marty Pasko qui était rédacteur en chef chez DC, lequel est malheureusement décédé il y a peu. Mais les comics étaient fabuleux, une superbe expérience pour moi et probablement quelque chose que je ne connaîtrais plus dans ma vie. Je suis content si d’autres personnes qui ont aussi travaillé dessus ressentent la même chose que moi.

BFIG — Merci infiniment Greg ! On a adoré discuter avec vous. On vous voit en France un de ces jours ?

Greg — À dire vrai, la dernière fois que j’ai été à Paris, c’était en 1984 et cela fait très longtemps que j’ai envie d’y retourner et de découvrir d’autres endroits de la France. J’espère pouvoir y aller un jour avec ma fille. Je pense qu’elle devrait aimer, c’est un endroit magnifique.

Entretien réalisé en anglais le 19 novembre 2020 pour Bionifigs.fr.
Questions de Exo-6, traduction et montage par Sonic et Toa~Katsuhono.

Partager l'article :
À propos de l'auteur : Fondateur du futur Bionifigs en 2006, ayant initié de multiples projets tels que l'encyclopédie en français BIONICLE Nuvapedia, les Conventions nationales de fans en France et plusieurs concours internationaux. Président du Fanclub français de BIONICLE de 2012 à 2017... Rare version d'Exo-Toa avec des genoux.
S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
Plus récent
Plus anciens Meilleur vote
Inline Feedbacks
View all comments
Crown
Crown
10 août 2021 19:17

C’est vraiment très généreux de sa part de donner toutes ces réponses au fans.
La licence n’est pas morte, juste à l’arrêt, on peut encore espérer la voir refaire surface d’une manière ou d’une autre.
Mais encore merci à cet auteur !

maxim21
maxim21
7 décembre 2020 18:40

Moi je commente juste parce que Piruk a dit qu’il ferait neiger des Kohrak si on atteignait les 10 commentaires. Et la vieille neige de Kohrak, c’est presque aussi nostalgique que de revoir Greg Farshtey discuter avec les fans :p

Pnicful
Pnicful
7 décembre 2020 18:13

Sympa de voir la gribouille de Greg après toutes ces années, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’on en apprends pas beaucoup plus avec cet interview par rapport aux précédentes :/

vahki6
vahki6
7 décembre 2020 12:01

Content d’avoir de ses nouvelles au bonhomme, c’est là qu’on voit qu’il n’est pas réapparu en public depuis un moment vu l’âge qu’il a pris…
Bien placé, les questions en lousedé sur la compil de romans. On vaincra !